Now!

Elodie Rampazzo Cela fait déjà un an que nous avons exposé à la Cité de la Mode et du Design, dans le cadre de Now! le off! Incroyable! C’est comme si c’était hier… Nous sommes heureux d’y revenir en tant que visiteur cette fois, et de rencontrer ceux qui réfléchissent et expérimentent le design aujourd’hui. On aime cette effervescence, la jeunesse (dans le bon sens du terme, celle vitale et pleine d’idéaux), les pistes de réflexion qui partent dans tous les sens, les expérimentations ou l’aboutissement d’une démarche…

Parmi la richesse des créations présentées, nous vous parlerons ici de celles qui ont retenu notre attention. A commencer par « Nomade » d’Elodie Rampazzo, qui a remporté le prix du jury du Rado Star Prize. Une console bureau modulable, autour d’un système de tréteaux en métal et d’un support en chêne dans lequel viennent se placer différents modules en fonction des besoins de l’utilisateur. Un peu austère peut-être, mais parfaitement fonctionnel et très bien pensé.

l-baertParmi les différents projets retenus pour le prix du public, notre vote irait à Léa Baert et son projet Panam-Panama . La matière est le point de départ de ses recherches. Alors quoi d’étonnant à ce qu’elle parte à la rencontre d’artisans panaméens. De leurs expérimentations naîtront des récipients, tissages de fibres végétales qui prennent comme support les grilles de ventilateurs, le tout posé sur des pierres à savon taillées. Rentrée à Paris, la réflexion continue, les matériaux changent (du cuir), l’usage également, des abat-jours, mais le résultat est toujours aussi réussi.

 

 

 

Idee- designers alsaciensDes collaborations artisans-designer, le groupement de créateurs alsaciens IDeE en mène également. Apprendre des artisans, de leurs techniques et savoirs-faire, et les faire évoluer également. De la création de proximité: renouer avec les matériaux habituellement utilisés dans la région, revisiter la tradition et lui ouvrir de nouveaux champs. Nous avons beaucoup aimé cette réflexion menée autour du gré rose d’Alsace, avec deux tailleurs de pierre. S’ils ont du se plier aux exigences de la matière, le résultat est très éclectique, reflet de la personnalité de chaque créateur. « De grès ou de force » présente des pièces allant du mobilier urbain à la salière, la sculpture ou la lampe de bureau.

MaximumPour rester dans l’expérimentation, on retient Maximum et leur idée simple et nécessaire: faire du déchet industriel une ressource. Et l’originalité, c’est qu’ils collaborent directement avec les industriels pour y parvenir. Ainsi, le fauteuil Gravêne 9.5 réalisé en collaboration avec A. Schluman et ADS Parquet, dont l’assise est directement réalisée en usine, en plaçant un moule sous la purge de couleur, obtenant ainsi une coque parfaite d’un côté, et irrégulière au dos. Une expérience à suivre, à n’en pas douter.

Pour finir, petit coup de cœur pour les étagères modulables Polly d’ Estelle Bughin . Les modules colorés en métal viennent s’encastrer sur une surface de hêtre naturel, et sont mobiles grâce à un système de rail, permettant d’organiser l’espace de l’étagère en fonction de ses besoins ou de ses goûts.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s